La politique nationale de bonne gouvernance

AVANT - PROPOS

Le Gouvernement du Burkina Faso a fait œuvre de pionnier en adoptant en octobre 1998, un plan national de bonne gouvernance pour la période 1998-2003. A la lumière de l’évaluation dudit plan en mars 2003, le Gouvernement a réaffirmé sa volonté de promouvoir les principes de bonne gouvernance au Burkina Faso à travers l’élaboration d’une politique nationale de bonne gouvernance (PNBG).


L’option pour une politique nationale de bonne gouvernance à l’horizon 2015, participe du souci du Gouvernement de disposer d’un document d’orientation stratégique qui d’une part, clarifie l’axe 4 du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) consacré à la bonne gouvernance et d’autre part, précise les actions envisagées au regard des engagements internationaux notamment ceux relatifs aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et au Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP).

Les riches concertations et le dialogue franc qui ont caractérisé le processus d’élaboration de la PNBG en font un document de consensus national. Cet exercice a mis en évidence l’intérêt grandissant que les différents acteurs accordent à la promotion de la bonne gouvernance comme condition indispensable à toute stratégie de développement qui se veut habilitante, responsable et participative.

Le Gouvernement exprime sa reconnaissance à l’ensemble des acteurs (représentants de l’administration publique, du secteur privé, des organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers) pour leur constante disponibilité. Il tient à relever le rôle déterminant du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers ses appuis multiformes tout au long de cet exercice.
Bien évidemment, en tant que cadre d’orientation stratégique, la politique nationale de bonne gouvernance sera opérationnalisée à travers des plans triennaux successifs en parfaite cohérence avec le Programme d’Actions Prioritaires (PAP) de mise en œuvre du CSLP.

Le succès de cette politique nationale est fonction de la mobilisation de tous les acteurs. Le Gouvernement pour sa part, mettra tout en œuvre pour créer les conditions de sa pleine réalisation. Aussi, se réjouit-il de la disponibilité renouvelée des partenaires techniques et financiers à l’accompagner dans cet important exercice d’instauration de la bonne gouvernance dans la perspective de la lutte contre la pauvreté.