REFORME DES REMUNERATIONS DES AGENTS PUBLICS

L’équipe technique planche sur les indemnités

Une délégation du gouvernement accompagnée des membres du comité de suivi et du comité technique s’est rendue, le lundi 11 mars 2019 à Dédougou dans la Boucle du Mouhoun, pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux portant sur les réformes des rémunérations des agents publics. Il ressort que le travail de l’équipe technique sur les indemnités, quoique complexe, se déroule bien.

 

Le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, le Pr Séni Mahamadou OUEDRAOGO, celui de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, le Pr Stanislas OUARO accompagnés de responsables d’organisations syndicales, de la société civile et des personnes ressources ont rencontré à Dédougou les membres de l’équipe technique chargée de réfléchir sur la grille indemnitaire des agents publics.

« Nous sommes venus, au nom du gouvernement, vous encourager et nous informer sur l’évolution de vos travaux », a expliqué le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Pr Séni Mahamadou OUEDRAOGO. Il a tenu à saluer les membres de l’équipe pour les sacrifices consentis afin d’aboutir à la rationalisation des indemnités et de la grille indiciaire des agents publics recommandée par la conférence tenue en juin 2018 sur le système des rémunérations.

Abondant dans le même sens, le ministre Stanislas OUARO a renouvelé ses encouragements et félicité l’équipe car, dit-il, c’est un travail qui est attendu par tout le monde et dans les meilleurs délais.

A la suite, le président du sous-comité de réflexion sur la grille indemnitaire, Lassané OUEDRAOGO, a présenté le travail abattu et ce qui reste à faire. L’on retient qu’il s’agit d’un travail difficile qui se fait avec minutie dans l’objectif de la recherche de l’équité et de la soutenabilité budgétaire.

Le travail de l’équipe consiste, entre autres, à faire l’état des lieux des indemnités existantes, répertorier les effectifs par emplois, évaluer l’incidence financière des indemnités actuelles sur la base des textes en vigueur, faire des analyses de variations, formuler des hypothèses d’équité et de rationalisation.

L’équipe a rassuré la délégation qu’il n’y aura pas de perte au niveau indiciaire. « Sur le salaire de base, personne ne verra son salaire diminuer. Mais en termes d’indemnités, on est en train de chercher le juste milieu, de trouver des solutions durables pour la survie de la nation», a indiqué le président Lassané OUEDRAOGO. L’examen des indemnités existantes a révélé des écarts énormes que le budget n’est pas en mesure de supporter pour le long terme.

La délégation venue de Ouagadougou, tout en posant des questions d’éclaircissement, a réitéré ses encouragements à l’équipe et formuler des propositions qui l’aideront à avancer dans sa mission. Ces propositions seront prises en compte par l’équipe dont le rapport est attendu en fin mars 2019.

Pour mémoire, la prise d’effet de ces reformes est janvier 2019.

DCPM/MFPTPS