Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

SERVICES D’INSPECTION DU TRAVAIL : le projet de rapport général annuel 2018 en examen

L’inspection du travail a organisé, ce jeudi 12 mars 2020 à Ouagadougou, un atelier de validation du rapport général annuel 2018 sur les activités des services d’Inspection du travail. Le rapport final sera soumis au Bureau international du travail.

 

Suivant l’article 19 de la convention n°81, de l’Organisation internationale du travail (OIT), « les inspecteurs du travail ou les bureaux d'Inspection locaux, selon les cas, seront tenus de soumettre à l'autorité centrale d'inspection des rapports périodiques d'un caractère général sur les résultats de leurs activités.  Ces rapports seront établis selon la manière prescrite par l'autorité centrale et traiteront des sujets indiqués de temps à autre par l'autorité centrale ; ils seront soumis au moins aussi fréquemment que l'autorité centrale le prescrira et, dans tous les cas, au moins une fois par année ». De même, l’article 20 prévoit que « l'autorité centrale d'Inspection publiera un rapport annuel de caractère général sur les travaux des services d'inspection placés sous son contrôle. C’est conformément à ces dispositions que les inspecteurs et contrôleurs du travail se sont réunis ce 12 mars 2020 à Ouagadougou pour validation le projet de rapport général annuel 2018 sur les travaux des services d’inspection du travail.

Le Burkina Faso ayant ratifié des conventions a l’obligation de soumettre au Bureau international du travail un rapport général annuel sur les travaux des services d’inspection du travail. Selon le Directeur des relations et des normes internationales du travail, Monsieur Issouf ZIDA, cet atelier va permettre de transmettre un rapport de qualité. « Cette rencontre va permettre aux différents directeurs régionaux, les responsables des structures centrales, des services d’inspections du travail de nous dire si le projet de rapport qui a été élaboré par un comité restreint et les différents commentaires qui ont été faits concordent avec les réalités du terrain pour que nous puissions présenter un rapport de qualité non seulement aux partenaires sociaux mais aussi au Bureau international du travail », a-t-il expliqué.

L’atelier qui a pour but d’apporter des améliorations de fond et de forme et de valider le projet de rapport général annuel permettra aussi de prendre en compte les contributions des participants à travers leurs observations et amendements. C’est ainsi que le Burkina Faso pourra remplir efficacement ses obligations en matière de normes internationales du travail.

DCPM/MFPTPS